Scénario #4 : AUCUN REGEL; TOUT EST DÉGELÉ

Pour le printemps, il existe 4 différentes situations possibles qui déterminent les conditions de ski en montagne et les risques d’avalanche. On peut alors ajuster notre itinéraire en conséquence afin de minimiser les risques et maximiser le plaisir.

Météo :

Ce scénario printanier se définit par des températures plus chaudes que les normales et par l’absence de regel durant la nuit. Généralement, la présence d’une circulation du sud ou sud-ouest en altitude créer de telles conditions. De l’air chaud en altitude peut générer des conditions douces dans l’alpin avec des températures qui restent positives même durant la nuit. Parfois, la couverture nuageuse lors des nuits amplifie le phénomène en maintenant l’air chaud près du manteau neigeux, ce qui empêche l’évaporation de la chaleur et la formation d’une croûte durant la nuit. Même si ces conditions sont généralement associées à des journées chaudes et ensoleillées, un épisode pluie peut aussi créer ces mêmes conditions.

Manteau neigeux :

Le manteau neigeux s’affaiblit progressivement, devient de plus en plus fragile, humide et sans cohésion. En l’absence d’une épaisse croûte de regel portante qui se forme la nuit, la partie supérieure du manteau neigeux perd en résistance et sa stabilité se détériore rapidement durant le réchauffement journalier. Au début du régime de fonte, la neige devient humide ou mouillée. Après un réchauffement prolongé, l’eau de fonte percole plus profondément dans le manteau neigeux et peut éventuellement déclencher des couches fragiles persistantes ensevelies plus profondément. Lorsque le manteau neigeux est mouillé dans son entièreté et que toutes les températures recensées lors du profil sont à 0o C, on dit qu’il est isotherme. À ce moment, la réactivité des couches fragiles persistantes devient plus probable.

Activité avalancheuse :

Avec ce scénario, les avalanches ont tendance à être de grande taille et très destructrices, avec une probabilité plus élevée au déclenchement. Même si les avalanches de neige mouillée sans cohésion sont les plus communes, les avalanches de plaques mouillées, de plaques persistantes profondes, les avalanches de fond et les chutes de corniches sont aussi possibles. Parce que la surface perd de la cohésion avec la fonte, les avalanches de neige mouillée sans cohésion deviennent les plus fréquentes sur les pentes raides. Même si elles n’impliquent que la neige de surface, ces coulées de neige peuvent vous pousser, entraîner une grosse masse de neige rapidement et glisser sur de grandes distances.

Plus les avalanches de neige mouillée sans cohésion deviennent fréquentes et de grandes tailles, plus il faut être attentif au risque de déclencher des avalanches de plaques mouillées et des avalanches des plaques persistantes. Celles-ci sont plus difficiles à prévoir et peuvent impliquer des couches fragiles plus profondes dans la partie mitoyenne ou inférieure du manteau neigeux. Le réchauffement peut aussi déclencher des chutes de corniches de grande taille au potentiel très destructeur. La chute d’une corniche peut être dangereux en soi, mais peut aussi déclencher une avalanche de plaque en aval de la pente.

Conseils de déplacements et de gestion du terrain :

  • Plus le manteau neigeux est chaud et fragile, plus il faut être conservateur dans le choix de ces itinéraires, à la montée comme à la descente.
  • Diminuer votre exposition à des pentes avalancheuses en amont de vous. De grosses avalanches peuvent atteindre des zones maximales de dépôt.
  • Soyez attentif aux conditions qui évoluent avec les versants, l’altitude et l’heure de la journée. La pluie ou le rayonnement solaire peut rapidement augmenter les conditions de réchauffement.
  • Gardez une bonne distance avec les corniches lorsque vous vous déplacez sur ou au-dessous des crêtes.