comment se porte notre hiver 2021 ?

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur pinterest

Ceux qui ont passé la « saison froide » dans la péninsule ne seront pas surpris d’apprendre que la Gaspésie a connu un hiver 2020-2021 (en date du 1er mars) exceptionnellement doux. En consultant les stations de référence les plus près des Chic-Chocs, on constate que la station de Mont-Joli a été en moyenne au moins deux degrés Celsius au-dessus de la normale avec un sommet au mois de janvier de 5.7 °C de plus que la normale (Figure 1). Et, en effet, Gaspé a même connu le mois de janvier le plus chaud depuis que les données sont disponibles.

Figure 1. Écart de température entre la valeur moyenne mensuelle et la valeur normale du mois pour quatre stations météorologiques d’Environnement Canada de l’Est du Québec.

Toutefois, des températures plus clémentes ne veulent pas nécessairement dire qu’il aura moins de précipitations. En fait l’histoire du manteau neigeux dans les Chic-Chocs de cet hiver est particulier. Les chutes neige de novembre et décembre ont été en deçà de la normale (Figure 2). Ceci, combiné à la vague de chaleur de mi-novembre qui était un « été indien » tardif et le redoux de Noël, où il est tombé plus de 100 mm de pluie en 24 heures par endroit en Gaspésie, a fait que la hauteur de neige au sol était très basse pour commencer l’année 2021. En effet, le manteau neigeux avait disparu complètement en vallée en date du 26 décembre, alors qu’à peine avait 30 cm se trouvait à mi- montagne (Mont Ernest-Laforce 636 m d’altitude).

Figure 2. Précipitation de neige en cm observée en 2020-21 en vert, normale pour le mois en bleu et l’écart entre les deux en jaune aux stations d’Environnement Canada de l’Est du Québec.

Le mois de janvier si doux n’a pourtant pas été le théâtre d’épisodes de pluie dans les montagnes de Gaspésie mais a été extrêmement calme pour la saison. En effet, la situation météorologique sur tout le continent Nord-Américain était très peu dynamique.  On parle d’une configuration quasi-barotrope pendant plusieurs semaines, soit avec peu d’écart de température en les régions du Nord du continent et celles du Sud.  Comme « la fonction principale » des systèmes dépressionnaires est de redistribuer les écarts de températures à cette échelle, il n’y avait pas de dépression, ni des précipitations associées aux tempêtes.  La première tempête a frappé la Gaspésie du 24 au 26 janvier laissant au total près de 50 cm en vallée et plus d’un 1 m de neige par endroits en montagne.  On peut dire que l’hiver a débuté à ce moment-là ! C’est d’ailleurs à partir du 25 janvier 2021 que le premier bulletin d’avalanche avec un indice pour toutes les bandes d’altitude a été publié !

Pour Mont-Joli et Gaspé, les valeurs de neige mesurées au sol étaient sous la normale en janvier puis, au-dessus de la normale en février (Figure 3).  Cela ne signifiait toutefois pas que les conditions d’enneigement en montagne étaient de retour à la normale. Le déficit du début de saison n’a pu être compensé pour combler complètement les aspérités du sol en terrain montagneux.

Figure 3. Neige au sol mesurées durant l’hiver 2020-21 (en bleu) et durant un hiver normal (en rouge) aux stations d’Environnement Canada de l’Est du Québec.

Avalanche Québec possède une station de mesure de l’enneigement à mi montagne au mont Ernest-Laforce depuis l’hiver 2009-2010 (Figure 4). On constate qu’il faut remonter jusqu’au début de cette période pour retrouver un hiver avec si peu d’enneigement. La neige au sol à la station pour le 1er mars 2021 était de 125,8 cm alors qu’on mesurait 127,9 cm à la même date en 2010.  La moyenne à pareille date pour la dernière décennie était de 150,5 cm.  Donc à la fin février il y avait encore un déficit de 25 cm à combler.

Par contre, la nature nous rappelle que l’hiver est loin d’avoir dit son dernier mot.  La tempête qui s’est abattue sur l’Est de la province le 1e, 2 et 3 mars dernier nous remet dans le droit chemin avec des accumulations de 60 cm en moins de 48h, générant un manteau neigeux de 170 cm au sol. L’hiver sévit comme il se doit au moment d’écrire ces lignes!

Figure 4. Neige au sol en cm en bleu à la station de mesure d’Avalanche Québec du Mont Ernest-Laforce (636 m d’altitude). Moyenne 2010-2020 au 1er mars :  150,5 cm

Peu de neige au sol pour un 15 janvier !
La première vraie tempête, le 25 janvier 2021
Enneigement minimal le 21 février 2021
Retour haut de page