Conditions de début de saison et aucun indice d’avalanche

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur pinterest

En début de saison, les conditions de neige en montagne semblent belles de loin, mais sont souvent loin d’être belles !

Lors des premiers mois de l’hiver, la neige s’accumule d’abord en zone alpine et attire les skieurs dans des terrains extrêmes et difficiles d’accès pour profiter hâtivement des premiers virages. C’est également dans ces couloirs alpins où les dangers d’avalanche se développent en premier. Quelques tempêtes suffisent pour créer des conditions hivernales dans les ravins alpins ainsi qu’à proximité des crêtes. À ces endroits, des plaques à vent et des plaques de tempête de petite taille se forment dans le haut des couloirs encaissés et des zones d’accumulation sous le vent. Ces plaques ont souvent une mauvaise cohésion entre elles et reposent soit sur le sol ou sur une vieille croûte de glace. Alors, pourquoi n’y a-t-il aucun indice de danger dans le bulletin d’avalanche en début de saison ?

Bol de la Mine, Mines Madeleine, 3 janvier 2021

Il faut considérer que l’enneigement général en montagne doit être suffisant pour recouvrir les obstacles et irrégularités du sol (souches, rochers, dépressions, troncs) et créer une surface relativement plane sur laquelle une avalanche peut se déclencher. On appelle ce niveau d’enneigement le seuil critique de déclenchement d’avalanchequi fait référence à une épaisseur minimale du manteau neigeux qui varie en fonction du type de sol (champs de rochers, pentes herbacées, tailles des arbustes).

Comme la prévision d’avalanche est produite pour une région entière, les conditions sous le seuil d’enneigement de début de saison ne permettent pas d’attribuer un indice de danger d’avalanche régional. Avec l’hiver qui s’installe et la neige qui s’accumule, les indices de danger apparaitront dans le bulletin d’avalanche pour chacune des bandes d’altitude (alpin, limite forestière, sous la limite forestière).

En attendant, le niveau aucun Indice signifie qu’il n’y a pas suffisamment de neige sur les pentes pour établir un indice de danger régional. L’enneigement minimal implique également qu’il est difficile (voir même périlleux) de se déplacer à skis sur les pentes et mêmes certains sentiers. Les ruisseaux peuvent encore couler à flot et les obstacles sont à peine recouverts de neige.

Si vous décidez quand même de vous aventurer aux seuls endroits où la neige s’est localement accumulée, il est de votre responsabilité d’être en mesure d’évaluer les dangers d’avalanche et de gérer son risque en conséquence. Il faut garder en tête que les avalanches de début de saison, même de petite taille, peuvent être particulièrement dangereuses en raison des nombreux obstacles et pièges naturels plus bas sur la pente. Les secours auront aussi bien du mal à venir vous chercher puisque les déplacements à motoneige demeurent difficiles, souvent impossibles, en début de saison.

Couloir de légendes, Mines Madeleine, 31 décembre 2020, Crédit photo : Simon Randy Hébert

Retour haut de page

SOYEZ NOS YEUX SUR LE TERRAIN!

En partageant vos observations, vous contribuez à la précision du bulletin d’avalanche et à la sécurité de tous les amateurs de hors-piste des Chic-Chocs.

Remplissez un rapport d’observation ou d’incident d’avalanche (confidentiel)

Complétez un rapport d’observation ou d’incident d’avalanche (public) sur le Mountain Information Network (MIN)