Nouvelles

Les 4 situations communes au printemps: scénario 3 - Cycles quotidiens de gel/dégel - 11 avril 2017

Au printemps, les observations d'avalanches et du manteau neigeux faites par des professionnels se font rares et il devient impossible de publier des prévisions d’avalanches avec un indice de risque précis. Pour vous aider dans votre planification d’excursion en arrière-pays, nous avons identifié quatre scénarios printaniers communs:

 

Scénario 1. Froid et neigeux - Quand il y a des tempêtes de type « hivernal »;

Scénario 2. Tout est gelé, pas de fonte - Temps froid avec peu ou pas de réchauffement;

Scénario 3. Cycles quotidiens de gel/dégel - Chaud pendant la journée, froid durant la nuit;

Scénario 4. Tout est dégelé, aucun regel - Réchauffement intense sans regel de nuit.

 

C'est à vous de comprendre lequel de ces scénarios est en cours. Pour le déterminer, vous devrez regarder la météo passée et à venir et obtenir le plus d’informations possible sur les conditions en montagne auprès des gens locaux ou en lisant le bulletin d’avalanche.
 

Rappelez-vous que les températures chaudes du printemps peuvent déstabiliser la neige en quelques minutes et que le danger peut passer de faible à élevé très rapidement, particulièrement lorsque la radiation solaire est forte et que la température de l'air dépasse le point de congélation.


Soyez attentif aux conditions changeantes et soyez prêt à ajuster votre itinéraire en conséquence.


CYCLES QUOTIDIENS DE GEL/DÉGEL

 

Météo :

La météo généralement dégagée établit un cycle de gel/dégel journalier. Il y a donc un réchauffement dû à la radiation solaire et à l’augmentation des températures durant le jour et un refroidissement dès que le soleil se cache. La chaleur irradie alors vers l’atmosphère.

 

Manteau neigeux :

Le cycle de gel/dégel crée un manteau neigeux classique du printemps qui consiste à la formation d’une croûte à la surface. Elle s’épaissit à chaque cycle gel/dégel et repose sur une neige dense. Ensuite, cette croûte se ramollit avec le réchauffement et la radiation solaire. La nuit venue, le manteau neigeux redevient un pain de glace. Au fur et à mesure que ce cycle avance, des conditions de ski de printemps de type «gros sel» (qui sont très recherchées) se développent. C’est un processus dynamique avec des changements rapides à l’intérieur de 24h. Les conditions vont évoluer selon le versant, l’altitude et la température de l’air. À un certain point, toute la croûte va se transformer en neige humide (gros sel). À ce moment, les conditions de glisse se détériorent et la porte est ouverte pour le déclenchement des couches fragiles encore présentes dans le manteau neigeux. Cette déstabilisation peut être évaluée en fonction de l’épaisseur de la croûte, de la température, de la densité de la neige et de la météo prévue pour les jours à venir.

 

Activité avalancheuse :

Lorsque la surface est gelée, les avalanches sont improbables. Au fur et à mesure que les températures augmentent durant le jour, les avalanches de neige mouillée sans cohésion deviennent le problème principal, tout particulièrement sur les pentes raides affectées par le rayonnement solaire ou en basse altitude, où les températures sont généralement plus chaudes. Si la radiation solaire est très forte ou si la température est très élevée, c’est possible que la neige fondue (liquide) pénètre profondément dans le manteau neigeux et déclenche des plaques de neige mouillée, éventuellement jusqu’au sol. Ces avalanches sont très destructrices par leur haute densité et sont généralement isolées. De plus, de grosses corniches peuvent tomber et déclencher une couche fragile persistante.

 

Notez bien que, contrairement au scénario 1 où l'indice varie d'une journée à l'autre, le risque d'avalanche lors du scénario 3 de gel/dégel varie d'une heure à l'autre. Le bulletin vous présente l'indice le plus élevé de la journée.


Conseils de déplacements et de gestion du terrain :

• Soyez attentif aux conditions qui changent avec l’altitude, les versants et l'heure de la journée. Planifiez vos déplacements en conséquence. Dans ces conditions, se déplacer tôt le matin est souvent plus rapide et plus sécuritaire;

• Généralement, les versants sud-est se déstabilisent en premier. Ensuite, ce sont les versants sud, puis sud-ouest et finalement ouest. Vers la fin du printemps, même les versants nord-ouest finissent par se déstabiliser;

• Les changements peuvent être rapides, parfois même de minute en minute;

• Évitez les pentes exposées au soleil lorsque le rayonnement solaire est fort, surtout si la neige est déjà humide ou mouillée;

• Les corniches deviennent fragiles avec le réchauffement du jour, traversez donc les pentes exposées tôt ou tard, lorsque le tout est encore gelé;

• Il peut s'écouler plusieurs heures avant que la chaleur résiduelle ne s'échappe du manteau neigeux. Même si les températures commencent à se refroidir et que le soleil s'est couché, il est possible que le danger d'avalanche reste élevé pendant les premières heures du soir. Si vous êtes pris au piège, assurez-vous d'attendre que la surface commence à geler avant d'anticiper un déplacement exposé;

• Les déplacements sont très difficiles et périlleux sur la surface lorsqu’elle est glacée.


Source: Traduction libre, Your guide to four common spring patterns, Forecaster blog, Avalanche Canada, https://www.avalanche.ca/blogs/spring-overview-2015